Cours et vidéos

Cours en ligne Vidéos classées

Concours corrigés

HECS
HECE

Programme de concours

HECS

Chaîne Youtube


Pour me soutenir



Autour du site

Auteur du site.
Cours particuliers.

Corrigé ESSEC 2011


Le problème comporte cinq parties.

$\mathbb N$ désigne l'ensemble des entiers naturels et $\mathbb R[X]$ celui des polynômes à coefficients réels.

Si $n$ est un entier naturel, $\mathbb R_n[X]$ est le sous-ensemble de $\mathbb R[X]$ formé des polynômes de degré inférieur ou égal à $n$.

Si $E$ est un espace vectoriel sur $\mathbb R$, on notera $L(E)$ l'ensemble des endomorphismes de $E$.

Si $U$ est une partie non vide de $L(E)$, on appelle centre de $U$ et on note $C(U)$ l'ensemble des endomorphismes de $E$ qui commutent avec tous les élements de $U$, c'est-à-dire : $C(U)=\{v\in L(E)/\forall u\in U,uov=vou\}$.

Si $u\in L(E)$ et $U=\{u\}$, $C(\{u\})$ est plus simplement noté $C(u)$ et est aussi appelé commutant de $u$. On a donc : $C(u)=\{v\in L(E)/uov=vou\}$.

Si $P\in\mathbb R[X]$ et $(a_0,\dots,a_d)\in\mathbb R^{d+1}$ avec $P=a_dX^d+\dots+a_0=\sum_{k=0}^da_kX^k$, on note $P(u)$ l'endomorphisme de $E$ défini par $P(u)=a_du^d+\dots+a_0id_E=\sum_{k=0}^da_ku^k$. En particulier, $1(u)=id_E$. Enfin on note $\mathbb R[u]=\{P(u),P\in\mathbb R[X]\}$.

L'objectif du problème est de comparer $C(u)$ et $\mathbb R[u]$ dans certains cas.

Partie I-Préliminaires.

Dans cette partie, on suppose que $E$ est un espace vectoriel sur $\mathbb R$ de dimension finie $n$ où $n$ est une entier naturel supérieur ou égal à 1, $U$ est une partie non vide de $L(E)$ et $u$ un élément de $L(E)$.

1) Montrer que $C(U)$ est un sous-espace vectoriel de $L(E)$ de dimension supérieure ou égale à 1.

Afficher

On a déjà que $id_E\in C(E)$ donc $C(E)\neq \emptyset$.

Si $u_1,u_2\in C(E)$, alors $\forall v\in L(E)$ $$(u_1+u_2)ov=u_1ov+u_2ov=vou_1+vou_2=vo(u_1+u_2),$$ donc $u_1+u_2\in C(E)$.

En raisonnant de même, on montre que si $u\in C(E)$ et $\lambda\in \mathbb R$ alors $\lambda u\in C(E)$. On en conclut que $C(E)$ est un sous-ev de $L(E)$.

Enfin $id_E\in C(E)$ donc $C(E)\neq\{0\}$ et donc $dim(C(E))\geq 1$.

2) Vérifier que $C(u)$ contient $\mathbb R[u]$.

Afficher

On veut montrer que $\forall P\in\mathbb R[X]$, $P(u)\in C(u)$. Or pour se faire, comme $C(u)$ est un espace vectoriel, il suffit de prouver que $\forall n\in\mathbb N, u^n\in C(u)$ ce qui est facile.

3) Soit $\lambda$ une valeur propre de $u$, $E_\lambda(u)=Ker(u-\lambda id_E)$ l'espace propre associé et $v$ dans $C(u)$. Montrer que $E_\lambda(u)$ est stable par $v$.

Afficher

$\forall x\in E_\lambda(u),\forall \nu\in C(u)$, on a $$u(\nu(x))=uo\nu(x)=\nu ou(x)=\nu(\lambda x)=\lambda\nu(x),$$ donc $u(\nu(x))=\lambda\nu(x)$, c'est-à-dire $\nu(x)\in E_\lambda(u)$ d'où la stabilité.

Partie II-Etude d'un exemple.

Dans toute cette partie, on notera : $$A=\left\lbrace (a_n)_{n\geq 0}/\forall x\in]-1,1[,\sum_{n\geq 0}|a_nx^n|\text{ converge} \right\rbrace,$$ $$B=\left\lbrace (a_n)_{n\geq 0}\in A/\forall n\in\mathbb N, 2a_{n+3}+3a_{n+2}-a_n=0 \right\rbrace,$$ $$H=\left\lbrace f:x\in]-1,1[\mapsto\sum_{n=0}^{+\infty}a_nx^n\text{ où }(a_n)_{n\geq 0}\in A \right\rbrace,$$ $$E=\left\lbrace f:x\in]-1,1[\mapsto\sum_{n=0}^{+\infty}a_nx^n\text{ où }(a_n)_{n\geq 0}\in B \right\rbrace,$$ $$\alpha_n=\frac{1}{2^n},\beta_n=(-1)^n\text{ et }\gamma_n=n(-1)^n,$$ $$\varphi:x\in]-1,1[\mapsto\frac{1}{2-x},\psi:x\in]-1,1[\mapsto\frac{1}{1+x}\text{ et }\delta:x\in]-1,1[\mapsto\frac{1}{(1+x)^2}.$$

On admet que pour $f$ dans $H$, il existe une unique suite $(a_n)_{n\geq 0}$ dans $A$ telle que : $$\forall x\in]-1,1[,f(x)=\sum_{n=0}^{+\infty}a_nx^n.$$

4) Quelques propriétés de $A$ :

a) Vérifier que la suite constante égale à 1 appartient à $A$.

Afficher

$\sum|x|^n$ est série géométrique convergente quand $|x|<\!1$ et le résultat suit.

b) Plus généralement, si $(a_n)_{n\geq 0}\in\mathbb R^{\mathbb N}$, telle qu'il existe $s\in\mathbb R$ vérifiant : $a_n=o(n^s)$, montrer que $(a_n)_{n\in\mathbb N}\in A$.

Afficher

Il est clair que pour $x=0$ la série $\sum |a_nx^n|$ converge. Maintenant pour $x\neq 0$, on peut par exemple procéder comme suit $$|n^2a_nx^n|=\left|n^{2+s}\frac{a_n}{n^s}x^n\right|=\left|\frac{a_n}{n^s}\right|e^{n\ln|x|}n^{2+s}.$$ Or par hypothèse $\left|\frac{a_n}{n^s}\right|$ et par croissance comparée $e^{n\ln|x|}n^{2+s}$ tend vers 0 car $ln|x|<\!0$ pour $|x|<\!1$. On a donc que $|a_nx^n|=o\left(\frac{1}{n^2}\right)$ et on conclut sur la convergence de $\sum |a_nx^n|$ à l'aide de Riemann et de la règle des "petit o".

c) En déduire que les suites $(\alpha_n)_{n\geq 0},(\beta_n)_{n\geq 0}$ et $(\gamma_n)_{n\geq 0}$ appartiennent à $A$.

Afficher

On a $\lim_{n\to+\infty}\alpha_n=0$ donc $\alpha_n=o(1)=o(n^0)$ et le résultat découle de b). Pour $\beta_n$, on observe que $\lim_{n\to+\infty}\frac{\beta_n}{n}=0$ donc $\beta_n=o(n)$ et le résultat découle de b). Enfin en raisonnant de même, on montre que $\gamma_n=o(n^2)$.

5) Premières propriétés de $H$ :

a) Vérifier que $H$ est un sous-espace vectoriel de l'ensemble des applications de $]-1,1[$ dans $\mathbb R$.

Afficher

C'est une conséquence immédiate qu'une combinaison linéaire de séries convergentes est encore une série convergente.

b) Montrer que les fonctions $\varphi$, $\psi$ et $\delta$ appartiennent à $H$.

Afficher

Les deux premières fonctions sont des séries géométriques convergentes sur $]-1,1[$ : $$\varphi(x)=\frac{1}{2-x}=\frac{1}{2}\frac{1}{1-\frac{x}{2}}=\frac{1}{2}\sum_{n=0}^{+\infty}\frac{x^n}{2^n},$$ $$\psi(x)=\sum_{n=0}^{+\infty}(-1)^nx^n.$$ Tandis que pour la seconde on reconnait une série géométrique dérivée convergente sur $]-1,1[$ $$\delta(x)=\sum_{n=0}^{+\infty}n(-x)^n=\sum_{n=0}^{+\infty}(-1)^nnx^n$$

6) Premières propriétés de $E$ :

a) Déterminer les suites géométriques appartenant à $B$.

Afficher

Une suit géométrique a pour forme $(q^n)_{n\in\mathbb N}$ donc si elle appartient à $B$, elle doit vérifier $$\forall n\in\mathbb N, 2q^{n+3}+3q^{n+2}-q^n=0$$ ce qui est équivalent à $$2q^{3}+3q^{2}-q=0.$$ En remarquant que $q=-1$ est solution évidente, on résoud cette équation et on trouve $q=-1$ ou $q=\frac{1}{2}$.

b) Vérifier que la suite $(\gamma_n)_{n\geq 0}$ appartient à $B$.

Afficher

On vérifie facilement que : $2(n+3)(-1)^{n+3}+3(n+2)(-1)^{n+2}-n(-1)^n=0$. D'autre part, $(\gamma_n)_{n\in\mathbb N}$ appartient bien à $A$ d'après c).

c) En déduire que $E$ est un sous-espace vectoriel de $H$ contenant les fonctions $\varphi$, $\psi$ et $\delta$.

Afficher

Pour montrer que $E$ est un sous-ensemble de $H$, il suffit de prouver que $B$ est inclus dans $A$. Or $B$ est un ensemble de suites linéaires d'ordre 3, donc par un argument classique, on montre que c'est un espace vectoriel de dimension 3. Ensuite on sait que $(\alpha_n)_{n\in\mathbb N}$, $(\beta_n)_{n\in\mathbb N}$ et $(\gamma_n)_{n\in\mathbb N}$ sont dans $B$ et on montre sans peine qu'elles sont linéairement indépendantes donc forment une base de $B$. Or on a aussi vu que ces trois suites étaient dans $A$, donc $B$ est un sous-espace vectoriel de $A$ et donc $E$ est un sous-ensemble de $H$. Enfin on peut montrer que $E$ est un sous-espace vectoriel en utilisant le fait que $B$ est lui même un espace vectoriel.

7) Caractérisation des éléments de $E$ :

Soit $f$ de $E$ telle que, pour tout $x$ de $]-1,1[$, $f(x)=\sum_{n=0}^{+\infty}a_nx^n$, où $(a_n)_{n\geq 0}\in B$.

a) Montrer que : $\forall x\in]-1,1[, f(x)(x^3-3x-2)+a_0(2+3x)+a_1(2x+3x^2)+2a_2x^2=0$.

Afficher

On peut procéder comme suit : $$\begin{align} f(x)(x^3-3x-2)&=\sum_{n=0}^{+\infty}a_nx^n(x^3-3x-2)\\ &=\sum_{n=0}^{+\infty}a_nx^{n+3}-3\sum_{n=0}^{+\infty}a_nx^{n+1}-2\sum_{n=0}^{+\infty}a_nx^n\\ &=\sum_{n=3}^{+\infty}a_{n-3}x^{n}-3\sum_{n=1}^{+\infty}a_{n-1}x^{n}-2\sum_{n=0}^{+\infty}a_nx^n\\ &=\sum_{n=3}^{+\infty}(a_{n-3}-3a_{n-1}-2a_n)x^n-3a_0x-3a_1x^2-2a_0-2a_1x-2a_2x^2, \end{align}$$ et on conclut facilement en remarquant que $a_{n-3}-3a_{n-1}-2a_n=0$.

b) En déduire qu'il existe une fonction polynôme $Q$ de degré inférieur ou égal à 2 telle que, pour tout $x$ de $]-1,1[$, $f(x)=\frac{Q(x)}{x^3-3x-2}$.

Afficher

D'après la question précédente : $$f(x)=\frac{-2a_0+x(-3a_0-2a_1)+x^2(-3a_1-2a_2)}{x^3-3x-2}.$$

c) Conclure que $E$ est un espace de dimension finie dont $C=(\varphi,\psi,\delta)$ est une base.

Afficher

D'après la question précédente, $E$ est un sous espace vectoriel de l'espace vectoriel engendré par $\frac{1}{x^3-3x-2}$, $\frac{x}{x^3-3x-2}$ et $\frac{x^2}{x^3-3x-2}$ donc est de dimension finie. Il suit que $E$ est au plus de dimension 3. D'autre part $\varphi,\psi,\delta$ sont trois éléments de $E$ et on montre par des arguments classiques que ce sont trois fonctions libres. Or trois fonctions libre dans un espace de dimension au plus 3 est forcément une base.

8) L'endomorphisme u :

Soient $(a_n)_{n\geq 0}$ dans $B$ et $f$ de $E$ telles que : $\forall x\in]-1,1[,f(x)=\sum_{n=0}^{+\infty}a_nx^n$.

a) Montrer que la suite $(b_n)_{n\geq 0}$, telle que : $\forall n\in\mathbb N, b_n=a_{n+1}$, appartient à $B$.

On note alors $u(f)$ l'application définie par : $\forall x\in]-1,1[,[u(f)](x)=\sum_{n=0}^{+\infty}b_nx^n$.

Afficher

Puisque $\forall n\in\mathbb N$, $2a_{n+3}+3a_{n+2}-a_n=0$ alors forcément $\forall n\in\mathbb N$, $2a_{n+4}+3a_{n+3}-a_{n+1}=0$, c'est-à-dire $2b_{n+3}+3b_{n+2}-b_n=0$ et le résultat suit.

b) Vérifier que $u$ est un endomorphisme de $E$.

Afficher

Le fait que $u$ envoie $E$ dans $E$ est une conséquence de a). Pour la linéarité, on utilise la linéarité des séries convergentes.

c) Déterminer $u^k$ pour tout $k$ de $\mathbb N$. En déduire un polynôme $\pi$ de $\mathbb R[X]$, de degré 3, tel que $\pi(u)=0$.

Afficher

Pour $f(x)=\sum_{k=0}^{+\infty}a_nx^n$, on a $[u^k(f)](x)=\sum_{k=0}^{+\infty}a_{n+k}x^n$. On déduit alors de la relation de récurrence vérifiée par $(a_n)_{n\in\mathbb N}$ que $$\pi(X)=2X^3+3X^2-1$$ vérifie $\pi(u)=0$.

d) Déterminer la matrice $T$ de $u$ dans la base $C$ et calculer $T^k$ pour tout $k$ de $\mathbb N$.

Afficher

On a $$[u(\varphi)](x)=\frac{1}{2}\sum_{k=0}^{+\infty}\frac{1}{2^{n+1}}x^n=\frac{1}{2}.\frac{1}{2-x}=\frac{1}{2}\varphi(x),$$ $$[u(\psi)](x)=\sum_{n=0}^{+\infty}(-1)^{n+1}x^n=-\psi(x),$$ $$[u(\delta)](x)=\sum_{n=0}^{+\infty}(-1)^{n+1}(n+1)x^n=-\sum_{n=0}^{+\infty}(-1)^{n}nx^n-\sum_{n=0}^{+\infty}(-1)^{n}x^n=-\delta(x)-\psi(x).$$ La matrice de $u$ dans la base $C$ est donc $$T=\begin{pmatrix} 1/2 & 0 & 0\\ 0 & -1 & -1\\ 0 & 0 & -1 \end{pmatrix}.$$

Pour caculer $T^k$, on décompose T de la façon suivante : $$T=\begin{pmatrix} 1/2 & 0 & 0\\ 0 & -1 & 0\\ 0 & 0 & -1 \end{pmatrix}+ \begin{pmatrix} 0 & 0 & 0\\ 0 & 0 & -1\\ 0 & 0 & 0 \end{pmatrix}=D+N. $$ Ensuite on montre facilement que $T$ et $N$ commutent et que $N^2=0$ donc en appliquant la formule de Newton on a $T^k=D^k+kD^{k-1}N$, c'est-à-dire : $$T^k=\begin{pmatrix} (1/2)^n & 0 & 0\\ 0 & (-1)^n & k(-1)^n\\ 0 & 0 & (-1)^n \end{pmatrix}$$

9) Eléments propres de $u$ :

a) Quels sont les valeurs propres et sous-espaces propres de $u$?

Afficher

$T$ étant triangulaire ses valeurs propres sont sur la diagonale et donc les valeurs propres de $u$ sont $\frac{1}{2}$ et $-1$. D'autre part en étudiant les vecteurs propres de $T$, on trouve que le sous-espace propre de $\frac{1}{2}$ est $E_{1/2}=Vect\lbrace\varphi\rbrace$ et le sous-espace propre de $-1$ est $E_{-1}=Vect\lbrace\psi\rbrace$.

b) $u$ est-il diagonalisable?

Afficher

La somme des dimensions des sous-espaces propres n'est pas égale à la dimension de l'espace vectoriel sur lequel agit l'endomorphisme. Donc $u$ n'est pas diagonalisable.

10) Centre de $u$ :

Soit $v$ un élément du commutant de $u$, c'est à dire un endomorphisme de $E$ tel que $uov=vou$.

a) Montrer qu'il existe des réels $\lambda$ et $\mu$ tels que $\nu(\varphi)=\lambda\varphi$ et $\nu(\psi)=\mu\psi$.

Afficher

Comme $\nu$ commute avec $u$, alors $\nu\in C(u)$. Or d'après la partie I, on en déduit que les sous-espaces propres de $u$ sont stables par $\nu$. Par conséquent dans notre cas $E_{1/2}$ est stable par $\nu$, or $E_{1/2}=Vect\lbrace\varphi\rbrace$ donc comme $\varphi\in E_{1/2}=Vect\lbrace\varphi\rbrace$, $\nu(\varphi)\in E_{1/2}=Vect\lbrace\varphi\rbrace$, d'où l'existence d'un réel $\lambda$ tel que $\nu(\varphi)=\lambda\varphi$. Le raisonnement est identique pour $\psi$.

b) Montrer qu'il existe aussi des réels $\eta$ et $\omega$ tels que $\nu(\delta)=\eta\psi+\omega\delta$.

Afficher

On peut raisonner comme suit (qui a l'avantage de répondre à la question suivante aussi) : $(\varphi,\psi,\delta)$ étant une base, on peut décomposer $\nu(\delta)$ comme suit $$\nu(\delta)=\alpha\varphi+\eta\psi+\omega\delta.\ (1)$$ Or en composant cette égalité et en commutant $u$ et $\nu$, on déduit que $$\nu(-\delta-\psi)=\frac{1}{2}\alpha\varphi-\eta\psi-\omega\psi-\omega\delta=\frac{1}{2}\alpha\varphi-(\eta+\omega)\psi-\omega\delta,$$ et en utilisant la question précédente $$-\nu(\delta)-\mu\psi=\frac{1}{2}\alpha\varphi-(\eta+\omega)\psi-\omega\delta.$$ D'où l'on déduit que : $$\nu(\delta)=-\frac{1}{2}\alpha\varphi+(\eta+\omega-\mu)\psi+\omega\delta.\ (2)$$ Par unicité de la décomposition dans une base, on peut identifier (1) et (2) de sorte que $\alpha=-\frac{1}{2}\alpha$ et donc $\alpha=0$. Ce qu'il fallait démontrer.

c) Démontrer que $\mu=\omega$.

Afficher

Il suffit de prolonger le raisonnement de l'identification effectué dans la résolution de la question précédente, on a $\eta=\eta+\omega-\mu$ ce qui donne $\omega=\mu$.

d) Réciproquement, si $\nu$ est un endomorphisme de $E$ pour lequel il existe des réels $\lambda$, $\mu$ et $\eta$ tels que $M_C(\nu)=\begin{pmatrix}\lambda & 0 & 0\\ 0 & \mu & \eta\\ 0 & 0 & \mu\end{pmatrix}$, vérifier que $\nu$ appartient à $C(u)$.

Afficher

Il suffit de vérifier que $M_C(\nu)$ et $T$ commutent ce qui est une tâche facile.

e) Que vaut $dim[C(u)]$?

Afficher

L'ensemble des matrice de la forme $M_C(\nu)$ est un espace vectoriel dont une base est $\begin{pmatrix}1 & 0 & 0\\ 0 & 0 & 0\\ 0 & 0 & 0\end{pmatrix}$, $\begin{pmatrix}0 & 0 & 0\\ 0 & 1 & 0\\ 0 & 0 & 1\end{pmatrix}$ et $\begin{pmatrix}0 & 0 & 0\\ 0 & 0 & 1\\ 0 & 0 & 0\end{pmatrix}$ donc est de dimension 3. On en déduit que $C(u)$ est lui aussi de dimension 3.

f) Montrer que la famille $(id_E,u,u^2)$ est libre dans $L(E)$.

Afficher

On peut par exemple montrer que les trois matrices $I,T,T^2$ sont libres ou bien on pourra utiliser $(\varphi,\psi,\delta)$ et leurs images par $u$.

g) Comparer $C(u)$ et $\mathbb R[u]$.

Afficher

On sait déjà d'après la partie I que $\mathbb R[u]\subset C(u)$. D'autre part $(id_E,u,u^2)$ est libre dans $L(E)$ mais aussi dans $\mathbb R[u]$ donc $\mathbb R[u]$ est de dimension au moins 3. Or $C(u)$ est lui-même de dimension 3 et $\mathbb R[u]\subset C(u)$, donc forcément $\mathbb R[u]= C(u)$.

Pour afficher le fil des commentaires : Commentaires.


Pour poster un commentaire ou obtenir de l'aide : c'est ici!




Formulaire

L'insertion de formules suit la syntaxe LATEX. Toute formule doit être encadrée par des dollars : $\bf{\$formule\$}$. Par exemple $\bf{\$ u\_n \$}$ sera interprétée comme une formule et donnera $\bf{u_n}$. Voici quelques exemples pour ceux qui ne sont pas habitués :

Contacter l'auteur du site : frederic.millet @ math-sup.fr